Je vous propose ici une liste des ingrédients dangeureux à éviter pour une peau heureuse et sereine…

Les sulfates : substances irritantes

Tensioactifs qui possèdent un très bon pouvoir détergent que l’on retrouve dans de nombreux cosmétiques moussants pour la douche et le bain. On leur reproche leur caractère agressif et irritant pour la peau. Bien-sûr, tout dépend de la fréquence d’utilisation des produits qui les contiennent et de la quantité utilisée. Par ailleurs, les sulfates présentent une très mauvaise biodégradabilité.

Les benzophénones

Filtres solaires synthétiques interdits en cosmétique bio, ces ingrédients sont suspectés d’être
des perturbateur endocriniens et allergènes.

Les BHA et BHT : ingrédients néfastes à fuir

Antioxydants synthétiques utilisés pour éviter l’oxydation et le rancissement des huiles végétales (et des parfums), les BHA et BHT sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent également produire des réactions allergiques dans la peau. 

Les parabènes

Les parabènes sont des conservateurs utilisés dans tous types de cosmétiques accusés d’être pour certains des perturbateurs endocriniens. Ils sont interdits en cosmétique bio. 

Les silicones : substances polluantes et sans intérêt

Certaines silicones de type cyclopentasiloxane et cyclotetrasiloxane qui sont très volatiles et utilisées dans beaucoup de soins pour l’effet soyeux qu’elles procurent ou pour protéger la peau de la déshydratation, sont considérées comme des perturbateurs endocriniens et potentiellement cancérogènes. Elles sont interdites en cosmétique bio.

L’Ethylhexyl methoxycinnamate

Ce filtre solaire synthétique interdit en cosmétique bio est considéré comme un perturbateur endocrinien.

Les Thiazolinones : MIT et MCIT

Ces ingrédients utilisés en tant que conservateurs notamment dans les produits rincés sont fortement allergisants et irritants pour la peau.

Les p-Phenylenediamine et ses dérivés : ingrédients allergisants à éviter

Présents dans les colorations capillaires permanentes et les tatouages éphémères, il s’agit d’ingrédients dits sensibilisants, susceptibles de provoquer des allergies.

Le Phénoxyéthanol

Le phenoxyethanol est un éther de glycol suspecté d’être un perturbateur endocrinien. C’est un conservateur synthétique interdit en cosmétique bio.

Le Triclosan : ingrédient perturbateur endocrinien à fuir

Antibactérien, le triclosan est suspecté être un perturbateur endocrinien qui agirait non seulement sur les hormones œstrogènes, mais aussi sur la fonction thyroïdienne.

La cocamide DEA et autres dérivés

On les retrouve dans les moussants tels que gels douche, shampoings, démaquillants, savons. Ce sont des composés synthétiques qui ont tendance à réagir avec les nitrites pour former des nitrosamines, catégories de molécules décrites comme des substances potentiellement cancérigènes

Les huiles minérales : polluantes et comédogènes

Ingrédients purement synthétiques, issus d’un processus de distillation et de raffinage de combustibles fossiles, les huiles minérales sont occlusivessans qualité nutritionnelle pour la peau, que l’on les retrouve partout, crème visage et corps, crème de nuit, maquillage, fond de teint, produit solaire. Ce sont des huiles dites comédogènes, elles sont irritantes pour la peau et très polluantes (non biodégradables). Elles présentent également une problématique de toxicité en cas d’ingestion par voie orale* : elles ont tendance à s’accumuler dans l’estomac et dans nos organes.

Le dibutyl phthalate

Le phtalate de dibutyle (ou DBP) est un solvant qui a été très longtemps utilisé dans les vernis à ongles pour ses propriétés plastifiantes. Considéré comme une substance cancérigène, mutagène ou toxique pour la reproduction, le DBP est désormais interdit dans les cosmétiques dans les plastiques en contact avec des aliments gras ainsi que dans tous les jouets et les articles de puériculture. Il est également nocif pour l’environnement, les poissons et la faune.

Les libérateurs de formaldéhyde : ingrédients à éviter en cosmétique

On parle également de libérateurs de formol. Ces différents ingrédients que l’on retrouve dans toutes les catégories de produits cosmétiques sont utilisés comme conservateurs. Leur particularité est leur fâcheuse tendance à se décomposer pour libérer de façon lente et continue de petites quantités de formaldéhyde, une substance jugée cancérigène et un puissant allergène pour couronner le tout !

Les PEG Poly-éthylène Glycol

Les PEG sont des dérivés du pétrole très couramment utilisés dans différentes familles de produits cosmétiques. Suivant le chiffre associé, on s’en sert pour leurs propriétés épaississantes, émulsifiantes ou tensioactives. Ce sont également de bons solvants, adoucissants et humectants. En fonction de leur processus de fabrication, les PEG peuvent contenir du 1,4-dioxane potentiellement cancérigène. Certains PEG sont irritants dès lors qu’ils sont utilisés en grandes quantités. Les PEG sont également très peu biodégradables, ils se dégradent mal et s’accumulent dans l’environnement.

Les ammoniums quaternaires

On retrouve notamment les ammoniums quaternaires (appelés aussi des quats) dans les produits capillaires, les shampoings et les conditionneurs capillaires (après-shampoings) et toutes les lotions « néfastes* » destinées aux cheveux (colorations capillaires, permanentes, démêlants, défrisants). On reproche aux ammoniums (poly)quaternaires d’être légèrement irritants pour la peau et partiellement ou non biodégradables.

Les sels d’aluminium

Les sels d’aluminium sont présents dans les anti-transpirants (ou antiperspirants). L’aluminium serait considéré comme un perturbateur endocrinien, responsable de l’apparition de la maladie d’Alzheimer et du cancer du sein. 

Le benzyl alcool

L’alcool benzylique peut être d’origine naturelle / végétale (il est naturellement présent dans plusieurs plantes et donc dans les huiles essentielles, par ex de cannelle, de jasmin, d’ylang-ylang…) ou synthétique. C’est un des rares conservateurs d’origine synthétique accepté par certains cahiers des charges du bio dont celui de Cosmébio / Ecocert.

L’alcool benzylique n’est pas dangereux ni toxique pour la peauIl fait partie de la liste des 26 allergènes, il est potentiellement irritant et allergisant. Sa présence doit obligatoirement être mentionnée sur la liste INCI de votre produit s’il dépasse un certain seuil.

Les parfums de synthèse

Désignés par les appélations «perfume» ou «fragrance», de nombreuses substances synthétiques se cachent derrière ses belles odeurs dont on ignore la composition gardée secrète par les laboratoires de parfum.

Pensez à regarder les étiquettes de vos produits !!!

Anne Sophie